Molires

Accueil > Tourisme et Loisirs > Cadre de vie > Présentation géographique et administrative

Situation géographique

Molières se situe à la limite nord du département de Tarn et Garonne, voisine du département du Lot.
Superficie : 3712 ha 61 a 64 ca
Altitude moyenne : 173 m
Altitude minimale : 103 m
Altitude maximale : 220 m
Elle se situe à 22 km de Montauban, 25 km de Castelsarrasin, 15 km de Caussade, 10 km de Montpezat de Quercy, 10 km de Lafrançaise, 30 km de Cahors, 70 km au nord de Toulouse.
Molières fait partie du canton regroupant Quercy-Aveyron. Elle est membre de la Communauté de Communes du Quercy Caussadais regroupant 19 communes pour 20 000 habitants environs.

Géologie – Pédologie

Molières se place sur le socle géologique du massif central, dans l’entité géomorphologique des coteaux du Bas Quercy, à la limite du plateau calcaire du Quercy Blanc. La commune a un relief très découpé avec des pentes importantes (jusqu’à 30%), elle se situe schématiquement entre les vallées du Petit Lembous et du Lemboulas qui se jette dans le Tarn au niveau de Moissac.
En termes de risques naturels, la commune est couverte par les Plans de Prévention des Risques (PPR) :
- Inondation,
- Mouvements différentiels de terrains dus au phénomène de retrait – gonflement des argiles,
- Glissements de terrain.

Paysages

Son paysage se compose de collines et de vallons irrigués par de petits rus asséchés en été. En dehors de quelques zones boisées (17 % environ) une agriculture diversifiée fait l’intérêt du paysage avec une succession de parcelles aux couleurs différentes.
Molières jouit d’une situation de transition entre la plaine du Tarn et le plateau calcaire du Quercy Blanc qui se traduit dans le patrimoine bâti par l’utilisation de la brique foraine, de la terre crue et de la pierre comme matériaux de construction.

Agriculture

La commune compte 70 agriculteurs « professionnels » dont une forte proportion arrive à l’âge de la retraite. La taille moyenne des exploitations est en constante augmentation depuis de nombreuses années. Si elle a longtemps constitué l’essentiel de l’activité, l’agriculture ne fait vivre qu’un peu plus d’un habitant sur dix.
Malgré une spécialisation de plus en plus nette des exploitations, la polyculture domine et une variété très riche de produits est issue des terres de la commune : céréales (blé, avoine, orge, maïs, colza, tournesol…), fruits (cerises, tomates, pommes, prunes, poires, nectarines, pêches, melons, raisin de table, poivrons…), élevages (essentiellement vaches à viande (blonde d’Aquitaine) ou à lait (Prim Holstein), poules pondeuses, pintades, dindes ainsi qu’une production maraîchère (pommes de terres, aubergines, salades…) destinée à une consommation familiale. Plusieurs exploitations se sont spécialisées dans la production de canards gras avec vente directe de produits transformés à la ferme.

Population

La commune compte 1260 habitants (population officielle au 01/01/2015) en progression constante depuis 20 ans traduisant le retour de l’attractivité du village après plus d’un siècle d’exode rural (1039 habitants en 1988).
Le village lui-même compte 300 foyers et abrite plus de la moitié de la population. 3 autres hameaux sont à noter : Espanel (une quinzaine de foyers), Sainte Arthémie (une quinzaine de foyers) et Saint Amans (une vingtaine de foyers, en extension), le reste se compose d’habitations diffuses dans la campagne.
La population âgée de plus de 60 ans représente 40 % de la population, les moins de 20 ans 17%.
Un peu plus de 400 personnes ont un emploi, la moitié l’exerce hors des limites du département.

Histoire

Visiter la page Histoire.

Patrimoine

Molières hérite de son passé de nombreux édifices d’époques diverses :
6 églises et 1 chapelle
Maisons à colombages encore visibles dans la partie haute de la ville
Nombreux puits bâtis et fontaines
Ancienne halle – Mairie transformée en salle des fêtes

Tourisme

Il est principalement axé sur la base de loisirs du Malivert avec baignade surveillée et activités nautiques qui draine 15 000 à 25 000 personnes durant ses 2 mois d’ouverture.
Outre les paysages, le visiteur a la possibilité de s’attarder dans la ville haute où subsistent quelques maisons à colombages ou de partir à la découverte des églises des hameaux, puits ou calvaires disséminés au gré des chemins.

Associations

Le tissu associatif de la commune est particulièrement dense puisque plus de 30 associations y ont leur siège. 4 comités des fêtes, 3 associations sportives, associations d’aides aux personnes, de promotion de la culture, de pêche, de chasse ou encore agricoles.
Cette profusion se traduit par de nombreuses manifestations souvent gratuites tout le long de l’année et principalement durant la période estivale.